Anios : Zoom sur l'hygiène obligatoire du cabinet médical

Publié : - Catégories : Conseils produits et Conseils santé

'hygiène est importante partout mais s'il existe un lieu où elle est à la fois une priorité et une obligation, c'est bien en cabinet médical. Les normes d'hygiènes sont drastiques dans le contexte sanitaire, tout simplement parce que les conséquences d'infections peuvent être dramatiques. Les médecins en cabinet en sont garants autant que de la qualité de leurs diagnostics ou de leurs soins. Tout doit être propre, du sol au plafond en passant par le moindre accessoire et bien évidemment par les mains du praticien ! Pour y parvenir, pas de secret, des produits antiseptiques Anios chez Medic Affaires doivent être utilisés quotidiennement.

Le nettoyage et la désinfection des surfaces et sols

On oubliera tout ce qui ressemble à un ménage de particulier avec balai classique, éponge, serpillères et aspirateur… Pour nettoyer un cabinet médical, on préfère les lingettes détergentes ou lingettes désinfectantes à usage unique pour les surfaces et certains matériaux. Pour les sols, un seau double avec zone propre et zone sale ainsi qu'un balai plat articulé et des semelles réutilisables ou uniques. La préparation du produit de lavage désinfectant s'effectue avec précaution, en respectant scrupuleusement les indications sur le bidon de nettoyant sols et surfaces. Les dosages peuvent varier en fonction de la marque, certains seront avec ou sans rinçage. Ce type de nettoyage évite de relever et de déplacer les poussières, chaque particule se trouve immédiatement attrapée. Les germes, virus, bactéries, champignons… sont éliminés avec un risque faible de contamination, renforcé par l'utilisation de matériel à usage unique et de gants pendant la période de nettoyage. Il est également très important de travailler toujours du plus propre vers le plus sale, principe fondamental en hygiène.

L'hygiène du matériel médical

Outre les locaux et la moindre surface qu'ils contiennent, c'est l'ensemble du matériel médical qui doit faire l'objet d'une attention accrue. Les patients amènent eux aussi leur lot de microbes et tout ce qui sert au médecin lors de la consultation peut naturellement se retrouver contaminé. C'est ainsi que le petit matériel doit faire l'objet d'un processus de nettoyage et de désinfection en plusieurs étapes. 

Tout d'abord la pré-désinfection qui prépare le support à une désinfection totale, parce qu'on n'aseptise jamais directement quelque chose de sale ! Le bain de trempage dans un produit spécifique va donc laver et débarrasser l'objet de ses premiers microbes. Concentration, temps de contact, nombre de trempages… autant d'indications précieuses pour une bonne désinfection. Chaque produit regroupe les explications sur son étiquette, éviter d'en changer régulièrement facilite les processus et évite les erreurs. Des bandelettes de contrôle permettent en outre d'attester l'efficacité du bain de trempage.

Ensuite, deux processus de désinfection peuvent être mis en œuvre selon le type d'instrumentation médicale. À noter que les lingettes désinfectantes sont réservées à l'usage entre deux patients, pour les surfaces et le matériel à usage externe.

Les instruments de chirurgie thermo-résistants : bac de décontamination ou bac à ultrasons avec solution nettoyante pré-désinfectante. Nettoyage, rinçage, séchage des objets avant la mise en poche de stérilisation puis le passage en cycle de stérilisation complet dans un autoclave à vapeur d'eau.

Le matériel médical thermo-sensible devra lui subir le même traitement préalable mais en étant ensuite trempé dans un bain désinfectant plutôt que stérilisé à la vapeur. Un rinçage à l'eau stérile et un séchage minutieux avec un champ stérile s'imposent.

Le nettoyage des mains

Les mains… Haut lieu de contamination et on n'en a jamais autant parlé que ces dernières années avec la crise sanitaire de la Covid 19 ! Cette dernière aura eu l'avantage d'une prise de conscience collective, espérons-la durable. Le lavage simple mais scrupuleux des mains avec un savon et une bonne friction intégrale suffit déjà à éliminer une quantité impressionnante des micro-organismes et de limiter les transmissions manu-portées. De manière logique, le médecin doit aller encore plus loin en ajoutant à ce lavage régulier l'utilisation de gel hydro-alcoolique et des gants pour chaque auscultation.